Groupe d'Yerres et de demain
Photos & Vidéos Archive


– A partir de quel âge un enfant peut-il aller chez les Scouts ?

Les Groupes Scouts et Guides de France accueillent les enfants dès 6 ans. Il est alors suffisamment ouvert aux autres que pour participer à une vie de groupe. Le scoutisme lui alors un parcours de quinze ans : les scouts sont répartis en quatre tranches d’âge. Chacune met l’accent sur un des éléments de notre projet :
– chez les Farfadets, de 6 à 8 ans, prendre confiance;
– chez les Louveteaux, de 8 à 11 ans, vivre pleinement avec les autres;
– chez les Scouts, de 11 à 15 ans, construire ensemble;
– chez les Pionniers, de 15 à 17 ans, batir des projets;
– chez les Compagnons, de 17 à 21 ans, s’engager .
Ce partage du travail d’une unité à l’autre est coordonné par les chefs et cheftaines au sein de la maîtrise.


– Est-ce que cela coûte cher ?

En comparaison avec d’autres activités, non. Les principaux frais consistent en l’achat d’un peu de matériel de camping et de randonnée, d’un uniforme et dans le paiement annuel d’une cotisation. Cette cotisation permet au mouvement d’offrir de nombreux services aux membres comme l’information, l’animation et la formation des chefs ou comme l’assurance de chacun. Son montant s’élève, pour l’année 2005, à 52 € sans reçu fiscal ou 80 € avec reçu fiscal (la moitié déduite des impôts). Le matériel de base (sac à dos, matelas et sac de couchage) est disponible dans les magasins partenaires du mouvement, tel Promo-Scout, avec l’assurance d’un bon conseil et d’un produit solide.


– Faut-il être catholique pour venir chez les Scouts ?

Non. Notre mouvement veut vivre l’accueil de tous et le respect des convictions. Il propose des moments d’animation chrétienne qu’il adapte lorsque des scouts d’autres religions sont présents. Chaque scout est invité à avancer sur son chemin spirituel ou religieux, quel que soit son choix ou son Dieu.


– On m’a dit que grâce au scoutisme, mon fils allait devenir un homme, un vrai.

Oui, évidemment, tout dépend de ce qu’on entend par “homme”. En faire un dur, un impitoyable, un insensible, un résistant… ? Ce n’est vraiment pas le projet ! Notre mouvement a un rêve précis pour les futures femmes et les futurs hommes de notre terre. Il veut éveiller en eux différentes qualités : le scoutisme essaie de participer à la création d’un homme, autonome et libre, confiant, sociable, partenaire et solidaire, conscient et critique, intérieur, équilibré.


– Est-ce mixte ?

Cela dépend des unités. Le mouvement dans son ensemble a fait le choix de la coéducation : en vivant, en mangeant, en jouant ensemble, garçons et filles trouvent un terrain favorable pour faire quelques pas dans la découverte du rythme, des manières d’être et de penser propre à chaque sexe.
Les Scouts de Yerres accueillent aussi bien les filles que les garçons.


– En dehors de l’école, mon enfant a besoin de bouger. Il hésite d’ailleurs avec un club sportif.

On ne peut pas choisir à sa place. Chez les Scouts, il bougera énormément : jeux, sports, ateliers, vie dans la nature, raids à vélo, en kayak ou à pied… Cela déménage. L’originalité du scoutisme réside dans la volonté de contribuer au développement de toute la personne du jeune. Elle est sans doute la clé de son succès sans cesse croissant depuis sa création par l’Anglais Baden-Powell en 1907. Tout est intéressant dans le scoutisme ! Bouger est aussi important que réfléchir ou mieux vivre avec les autres. Au total, cela permet à quelqu’un d’être plus équilibré, de se sentir bien dans sa peau comme dans sa tête !


– Les scouts sont-ils bien encadrés ?

Tous les animateurs de notre mouvement ont l’obligation de se former. Le cursus de formation est divisé en plusieurs étapes. Les animateurs découvrent leur rôle et des techniques de base, avant de mieux comprendre les enjeux éducatifs du scoutisme et d’aller le plus loin possible dans l’appropriation de la méthode scoute.


– Qui forme les animateurs ?

Les Scouts et Guides de France forment leurs chefs. Cette formation est équivalente au BAFA (et est reconnue comme telle), elle permet également d’être chef de camp (équivalent du directeur de CVL). Cette formation peut être prise en charge, dans une certaine mesure, par le groupe.
Les 1200 groupes que compte le mouvement sont répartis en territoires. Celui-ci consiste en une structure de soutien des groupes : environ 3000 personnes aident les animateurs, par des rencontres, des échanges, des animations et des formations. Ces cadres sont simplement d’anciens responsables qui se sont mis au service de leurs collègues.


– A qui s’adresser pour inscrire un enfant ?

Allez dans l’espace Contact du site pour consulter un représentant du groupe


– Bon, mais, il va faire quoi exactement ? Il faut que je lui explique concrètement moi !

Il va vivre des tas d’activités très variées. Des grands jeux, en ville ou dans la nature, par équipes de deux, de trois ou plus. Des moments où l’on construit avec les autres, son coin de patrouille, un projet de spectacle ou de service à des personnes en difficultés. Des ateliers pour essayer des techniques : la gravure sur verre, le moulage en plâtre, la fabrication de papier, d’émaux, de fleurs, d’animaux en pâte… Et puis, il y a toute la vie quotidienne : cuisiner soi-même, chanter, dormir, rigoler avec les autres. Il vivra aussi des moments très forts, pour réfléchir à ce à quoi il croit, à ses valeurs, pour en parler avec les autres. Des petits temps aussi pour arrêter de courir dans tous les sens et exprimer ce que l’on est en train de découvrir.
Le scoutisme, c’est très actif, très intense… le mieux, c’est qu’il essaie !